Passer au contenu

/ Département de science politique

Je donne

Rechercher

Experts en : Transnationalisme

Caouette, Dominique

CAOUETTE, Dominique

Professeur titulaire

Au cours des dernières années, je me suis consacré à l’étude du rôle des acteurs non-étatiques au sein de la politique mondiale. J’analyse leur influence sur les dynamiques et les institutions politiques tant nationales qu’internationales à travers trois champs d’investigation :1- l’économie politique des ressources naturelles au sein des pays du Sud, 2- le développement et la coopération internationale, et 3- les relations internationales et transnationales de l’Asie du Sud-Est.

Le premier champ vise les enjeux de pouvoir et d’équité socioéconomique en lien avec le contrôle et l’exploitation des ressources naturelles dans les zones rurales périphériques. Empruntant une démarche d’ethnographie politique, je déconstruis les processus d’accaparement des ressources,les liens entre investissements étrangers et domestiques, et les dynamiques de résistance des populations touchées qui influencent les institutions politiques. Le deuxième champ porte sur le développement international et la coopération internationale, en mettant l’accent sur le rôle des acteurs non-étatiques (organisations non-gouvernementales, mouvements sociaux transnationaux et réseaux d’organisations populaires). Je mets en évidence, notamment que différents mouvements sociaux et think tanks de la socité civile se positionnent en dehors des paradigmes dominants et se réclament d’une mouvance altermondialiste. Le troisième champ s’intéresse plus spécifiquement aux Philippines et aux relations internationales de l’Asie du Sud-Est. J’y étudie d’abord la structuration des relations entre les États de la région — en particulier à travers l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est —, ainsi que l’impact respectif des grandes puissances.

Lire plus…

Profil complet

Dufour, Pascale

DUFOUR, Pascale

Professeure titulaire

Je travaille principalement sur les mouvements sociaux et l’action collective en perspective comparée. Dans mes recherches, je propose de considérer les acteurs collectifs (partis politiques, syndicats, groupes et réseaux plus informels) comme des joueurs majeurs de la vie politique, même si ceux-ci n’évoluent pas directement sur le terrain institutionnel mais investissent davantage les espaces publics informels, comme la rue, et ne s’adressent pas seulement à l’État ou aux institutions, mais aussi à la population ou à leurs alliés. 

L’actualité politique a ramené l’analyse de l’action collective et des mouvements sociaux au cœur des préoccupations de la science politique : comment émergent des mouvements, pourquoi et avec quels effets ? Quelles sont les conditions qui permettent à un acteur collectif de durer ? Quel est le rôle de la contestation politique dans la transformation des sociétés ? Une augmentation des actions protestataires signifie-t-elle que la démocratie représentative est malade ou a atteint ses limites ?

Mes recherches soulignent plutôt la complémentarité des différents types d’action politique, voir la continuité qui peut exister entre l’action collective de type contestataire, l’action de type lobbying et l’action partisane.

Dans mes travaux, je montre notamment que la création de rassemblements militants comme les forums sociaux (mondiaux ou locaux), s’ils participent à la mise en pratique d’une culture politique valorisant la démocratie directe et la recherche du consensus, sont aussi une réponse pragmatique à des besoins locaux et un répertoire d’action collective propre à une génération. Mes travaux récents ouvrent l'analyse à des formes d'action (politique) plus individualisée (comme le glanage ou l'agriculture urbaine), mais qui viennent questionner les frontières de l'engagement en société. Également, je cherche à comprendre comment les institutions jouent sur la manière dont les différentes formes d'action politique de déploient et évoluent.

Mes recherches actuelles tentent ainsi de mettre en avant la plus-value théorique de l’analyse des mouvements sociaux et de l’action collective en science politique, qui nous conduisent à considérer sérieusement la question des conflits et des relations de pouvoir et à ne pas hésiter tourner notre regard de chercheur vers des terrains peu explorés, parfois en marge de nos sociétés.

Lire plus…

Profil complet