Passer au contenu

/ Département de science politique

Je donne

Rechercher

Nos diplômés — Portraits

Vous avez terminé vos études de 1er, 2ou 3e cycle dans l'un de nos programmes et vous désirez maintenir ou recréer des liens avec vos anciens collègues, professeurs, chargés de cours ou avec le personnel administratif du Département?

Vous pouvez nous envoyer vos coordonnées par courriel

Vous pouvez aussi vous inscrire au profil Linkedin des diplômés.

Bon réseautage et bienvenue chez vous!


Anne-Josée Boutin

Conseillère en formation pour le terrain chez Médecins sans Frontières, Amsterdam, Pays-Bas

« Avoir de l’intérêt pour un domaine n’est pas suffisant pour réussir dans le domaine humanitaire. Impliquez-vous! »

Yvan Cliche

« Jeune, je voulais mieux connaître les autres pays et les autres cultures. La science politique m’est apparue comme un choix logique à cette fin. »

Mélissa Coulombe-Leduc

Conseillère principale chez TACT Intelligence-conseil

« Lorsque j'étais étudiante, je me voyais faire de la politique active. Je considère que mon emploi actuel est ce qui s'en rapproche le plus. »

Sebastien Dallaire

Directeur général d’Ipsos au Québec et Premier vice-président de la firme pour le Canada

J’ai fait mes études en science politique d’abord et avant tout parce que j’étais passionné de politique, tant québécoise que canadienne, américaine ou internationale. Je n’avais pas d’objectif clair au départ, sauf une soif d’en savoir toujours plus.

Marie Depelteau-Paquette

Directrice générale du parti Projet Montréal, Montréal, Québec.

« Dès mon entrée au CÉGEP, j’ai su que je m’inscrirais en science politique à l’université. Alors que j’avais déjà commencé à être active dans le domaine de la politique, je voulais en connaitre davantage sur la théorisation du politique. »

Oumar Diallo

Discuter ne serait-ce qu’une petite heure avec Oumar Diallo, c’est emmagasiner toute l’énergie nécessaire pour passer la semaine, tant sa bonne humeur est débordante et sa passion communicative… À son poste de directeur Fintech et Innovation à l’Autorité des marchés financiers (AMF) depuis 2019, c’est à lui que revient, entre autres, la tâche de suivre de près les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies dans l’industrie de la finance, tout en s’assurant que les consommateurs et les investisseurs demeurent bien protégés.

David Forest

Gestionnaire au sein du Partenariat (international) d’assistance technique chez Alinea International

Je ne savais pas exactement ce que je voulais faire, concrètement, à l’époque du baccalauréat ! Cependant, j’étais convaincu de vouloir étudier en science politique et en affaires internationales.

Simon Guertin-Armstrong

Analyste principal d’évaluation de programmes à Environnement et Changement climatique Canada

Aux étudiant.e.s qui se préparent à la vie professionnelle, je vous conseille de réfléchir à l’ensemble de vos aspirations de vie – personnelles et professionnelles. Avoir ces priorités en tête ainsi que leurs incontournables arbitrages (car choisir c’est renoncer) vous aidera à déterminer quels types d’emplois et quels secteurs conviennent le mieux à vos projets.

Catherine Jobin

Directrice, politiques stratégiques, Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

« J’avais une grande soif de découverte, de savoir […]. Le baccalauréat en études internationales m’a offert un cadre d’études et d’analyse qui m’a permis de toucher à plus d’une discipline dans un cadre structuré. »

Sévrine Labelle

Vice-présidente, Stratégie et affaires publiques, Chambre de commerce du Montréal métropolitain

« J’avais un intérêt marqué pour le phénomène humain, la sociologie, le droit, la communication, etc. Je ne savais pas exactement ce que je voulais faire de ma vie professionnelle, mais je souhaitais m’ouvrir le plus de portes possible. J’ai donc choisi le baccalauréat en compol. ».

Gabriel Montagne

Directeur général en marketing numérique, Pages Jaunes Solutions numériques et médias

« Avant même la montée des grands réseaux, tel que Facebook et Twitter, je me suis intéressé à la théorie des réseaux sociaux, pour laquelle la documentation abonde en science politique et en sociologie, me donnant une façon de voir l'univers numérique d'une manière complètement différente des informaticiens ou des gens issus du marketing. »

Wendy Sfeir

Directrice des ressources humaines chez Lean Technologies

J'ai suivi des cours de droit international que j'ai beaucoup appréciés, et j'ai conséquemment voulu continuer mes études en droit pour pouvoir poursuivre une carrière en droit international (que ce soit corporatif ou droits humains...je n'étais pas certaine!).