Passer au contenu

/ Département de science politique

Je donne

Rechercher

Raoul Delcorde

Vcard

Professeur invité

Faculté des arts et des sciences - Département de science politique

raoul.delcorde@umontreal.ca

Courriels

Doctorat
1993

Biographie

Raoul Delcorde est un diplomate belge avec un fort ancrage dans le monde académique. Il a commencé ses études supérieures en 1974 en classe préparatoire de lettres ("khâgne") au Lycée Louis-le-Grand à Paris puis à la Sorbonne où il a fait des études d’Histoire et de Philosophie jusqu’à la maîtrise, obtenue en 1979. Son parcours se poursuit au début des années 1980 à l’UCLouvain, avec des études de sciences politiques couronnées par un mémoire sur le Golfe persique publié sous forme d’ouvrage à Paris en 1983, et un poste d’assistant-chercheur à Louvain-la-Neuve.

En 1984 il est reçu major au concours d’entrée du Ministère belge des Affaires étrangères (concours diplomatique). Sa carrière débute comme adjoint de l’ambassadeur au Pakistan, en 1986. Le pays est secoué par la fin de l’occupation soviétique de l’Afghanistan. Le diplomate belge qui parle le persan est ainsi capable de mieux comprendre l’univers mental des combattants afghans. Raoul Delcorde combine son travail diplomatique avec la préparation d’une thèse de doctorat en sciences politiques sous la direction du Professeur Jean Barrea, à l’UCLouvain. La thèse porte sur la géostratégie de l’Océan indien et est intitulée « approche géostratégique de la projection de puissance ». Il en poursuit la rédaction à New York à partir de 1990, où il a pris ses fonctions au sein de la mission permanente de la Belgique à l’ONU. Lorsque le Conseil de sécurité n’est pas en session (la Belgique y siège en 1991 et 1992), Raoul Delcorde mène ses recherches sur son sujet de thèse dans la vaste bibliothèque de l’ONU. C’est l’époque de la 1ère Guerre du Golfe, celle de la renaissance du Conseil de sécurité, celle aussi où des Etats comme la Belgique peuvent jouer un rôle dans l’émergence de nouveaux concepts comme celui du « droit d’ingérence humanitaire ». Après avoir été nommé représentant adjoint au sein de la mission belge à l’OSCE à Vienne fin 1992, Raoul Delcorde participe à la transformation de cette Conférence diplomatique en véritable organisation. Il termine également sa thèse de doctorat qu’il défend avec brio en 1993 à l’UCLouvain et qui est partiellement publiée à Paris sous forme de livre avec une préface du contre-amiral Henri Labrousse, le plus éminent spécialiste européen de l’Océan indien, à l’époque.

Sa carrière diplomatique le mènera ensuite à Washington en 1996, une des ambassades les plus prestigieuses, où il occupera les fonctions de ministre-conseiller. Il suivra de près les grands différends commerciaux entre les Etats-Unis et l’UE, qui déboucheront sur des négociations difficiles à l’OMC. A son retour à Bruxelles, il est nommé directeur adjoint de la Direction générale Europe et participe à la Présidence belge de l’UE en 2001. L’Institut d’Etudes Européennes de l’UCLouvain l’invite à y donner un cours sur les institutions européennes. Ce cours, comme ceux qu’il donnera par la suite, lui permet de combiner sa pratique diplomatique avec sa connaissance académique. Il peut expliquer à ses étudiants le fonctionnement de l’Union européenne vue de l’intérieur. En 2003, il reçoit son premier poste d’ambassadeur, en Suède. Epoque intéressante, marquée par l’intérêt que la Belgique porte au modèle suédois sur le plan des normes sociales et environnementales.

Après Stockholm, Raoul Delcorde revient au ministère à Bruxelles, en 2007, cette fois comme directeur général adjoint des affaires multilatérales et de la mondialisation. Il revient aussi à l’Institut d’Etudes Européennes pour un cours sur la politique étrangère de l’UE. Mais il est un autre projet qui le mobilise aussi : celui de constituer au sein de l’UCLouvain un programme de préparation au concours diplomatique. Il collabore à la rédaction d’un ouvrage (plusieurs fois réédité) sur « La carrière diplomatique en Belgique », fait des exposés sur le métier de diplomate et sur les méthodes de préparation de ce qui est considéré comme le plus prestigieux concours de la fonction publique en Belgique. Cet

enseignement est complété par la rédaction d’un livre à la riche iconographie intitulé « Les diplomates belges », et préfacé par le ministre des Affaires étrangères. Jamais auparavant un ouvrage n’avait retracé l’histoire de la diplomatie belge depuis l’indépendance de la Belgique. Il sera également traduit en néerlandais et en anglais et constitue une référence

dans le domaine. En parallèle, il publie un lexique de la diplomatie, agrémenté de nombreux exemples, et intitulé « Les mots de la diplomatie ».

En 2010, il est nommé ambassadeur en Pologne. Ce pays est le plus grand des nouveaux Etats-membres de l’UE et préside pour la 1ère fois l’UE en 2011. Le travail diplomatique y est substantiel du fait des convergences entre la Pologne et la Belgique sur le renforcement des institutions européennes. Soucieux de pouvoir continuer à enseigner, Raoul Delcorde reste titulaire du cours sur « l’UE entre multilatéralisme et multipolarité », et le donne chaque année à l’UCLouvain.

En 2014, il est nommé ambassadeur au Canada. Cet Etat est considéré comme un partenaire transatlantique important de la Belgique et les relations sont intenses. Les distances ne constituent pas un obstacle à la charge d’enseignement et Raoul Delcorde dispense chaque printemps à l’UCLouvain un cours qui porte maintenant sur les questions d’actualité européenne. Au Canada, il s’implique beaucoup dans la diplomatie économique mais aussi dans la coopération universitaire. C’est ainsi qu’il œuvre au rapprochement des universités belges et canadiennes, notamment dans le domaine des Etudes européennes, où l’intérêt est grand du côté canadien. Invité à parler de la diplomatie dans les grandes universités du Canada, il a rédigé un ouvrage intitulé « Le métier de diplomate » publié par l’Académie Royale de Belgique au printemps 2018. En mars 2018 il organise la Visite d’Etat des souverains belges au Canada, qui marque les relations bilatérales entre les deux pays. En septembre 2018 il est appelé à occuper des fonctions de direction au ministère des Affaires étrangères à Bruxelles. En 2019 il est élu membre titulaire de l’Académie Royale de Belgique, classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. L’année précédente il avait été élu membre associé de l’Académie des sciences d’outremer, à Paris.

En avril 2020 il est retraité du service diplomatique avec le titre d’ambassadeur honoraire de Belgique. Il poursuit son enseignement à l’UCLouvain.

En février 2021 sort son dernier livre, intitulé « La diplomatie d’hier à demain » avec une préface d’Herman Van Rompuy, ancien président du Conseil européen.

Ainsi se poursuit cette carrière mêlant la diplomatie et le travail universitaire, la diplomatie et l’écriture, l’un irriguant sans cesse l’autre, et permettant ainsi une hybridation intellectuelle originale.

Lire plus…

Programmes d’enseignement

  • Affaires publiques et internationales – Économie et politique
  • Doctorat en science politique – Économie et politique

Cours donnés

  • POL6640 Relations internationales : enjeu actuel

Expertises

Publications Tout déplier Tout replier

La diplomatie d’hier à demain, (préface d'Herman Van Rompuy), Bruxelles, Mardaga, 2021.

Diplomatie et politique étrangère à l’heure de la mondialisation, Bruxelles, L’Académie en poche, Académie royale de Belgique, 2019.

Le métier de diplomate, préface du Professeur Michel Dumoulin, Bruxelles, L’Académie en poche, Académie Royale de Belgique, 2018.

- La diplomatie au cœur des turbulences internationales, préface du Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2014 (avec Tanguy de Wilde et Michel Liégeois) ;

- Les diplomates belges, avec une préface du Ministre des Affaires étrangères Vanackere, Bruxelles, Mardaga, 2010 (existe également en néerlandais et en anglais) ;

- La carrière diplomatique en Belgique, guide du candidat au concours, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2019 (en collaboration avec Claude Roosens & Michel Liégeois).

- L’Union européenne et l’Otan : concurrence ou complémentarité ? in Annales d’Etudes Européennes 2011, Bruxelles, Bruylant/UCL.

- Diplomatie et négociation : le processus de décision au Conseil de sécurité, in Françoise Massart-Piérard (dir.) Culture et relations internationales, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2007.

- Les mots de la diplomatie, Paris, L’Harmattan, 2006. Nouvelle édition entièrement revue et mise à jour, octobre 2015.

- Le jeu des grandes puissances dans l’Océan indien, préface du contre-amiral (cr) Henri Labrousse, Paris, l’Harmattan, 1993

- De la création de l’Etat d’Israël à la deuxième Intifada, in B. Khader & Cl. Roosens, La Belgique et le Proche-Orient, Louvain-la Neuve, Académia, 2003.

- La sécurité et la stratégie dans le Golfe arabo-persique, Paris, Le Sycomore, 1983

Articles dans les publications suivantes :

· France :

Défense Nationale, oct. 1986 (Les superpuissances dans le golfe arabo-persique), octobre 1993 (L’Inde, puissance régionale de l’océan Indien), décembre 2001 (Géopolitique de l’Afghanistan), février 2013 (La diplomatie d’hier à demain)

novembre 2017 (Peut-on enseigner la diplomatie ?), octobre 2019 (La diplomatie d’influence).

Le Monde Diplomatique, octobre 1995 (Verrouillage stratégique de l’océan

Indien)..

Annuaire français de relations internationales 2009 (L’évolution du métier

de diplomate).

· Belgique :

La Libre Belgique, (derniers articles : août 2001, octobre 2001, janv.2002,

avril 2002, mars 2016, novembre 2016, décembre 2017, avril 2019).

L’Echo, (mai 2003).

Le Monde Atlantique, 1982.

La Revue de politique étrangère de la Belgique, (Département de

sciences politiques de l’Univ. de Louvain),1986,1989,1990.

La Revue Louvain, avril 1994, septembre 1996, mai 1998, déc. 1999,

septembre 2002, juin 2005.

La Revue Nouvelle (sous le pseudonyme de Louis Mercator), juillet 1996.

Cahiers n° 29 Centres d’Etudes et de Recherche sur le Monde Arabe

Contemporain ,(1984).

La Revue Générale, février 2002, avril 2003 (Géopolitique du Golfe

persique), mai 2007 (A quoi servent les diplomates ?),juin-juillet 2012

(La terre est-elle plate ? Réflexions sur la mondialisation et la politique

étrangère), septembre-octobre 2016 (La diplomatie à l’heure de la mondialisation).

Studia Diplomatica n° 2, 2002 : Iran : geopolitics and regional environment. .

Studia Diplomatica, 2009, La Belgique et sa politique étrangère anno 2008 :

Le diplomate aujourd’hui.

Institut d’études européennes, Chaire Interbrew-Baillet Latour –

Document n°30, janvier 2003 : Retour du Grand jeu en Asie médiane ?

· Canada : Revue Etudes Internationales (Université Laval, Québec), déc.1993.

· Italie : texte (en italien) d’une conférence prononcée dans le cadre de la

XXVème Conférence des Universitaires Européens, Fondazione Rui,

Castello Di Urio, août 1983. (sujet : Marx, le travail et l’histoire).

Texte (en italien) d’une conférence prononcée dans le cadre de la

XXVIème Conférence des Universitaires Européens, août 1984

(sujet : « Le réveil de la conscience » in « 1984 » d’Orwell).

Prix et distinctions

  • Membre titulaire de l'Académie Royale de Belgique et membre associé de l'Académie des sciences d'outre-mer (France).

Consultez cette fiche sur :