Mars 2018

Mot de Gérard Boismenu, responsable des diplômés

Un 60e bien engagé!

À l'occasion du soixantième anniversaire du Département de science politique, des activités visent à souligner la grande qualité de sa contribution à la formation des étudiants, au fonctionnement de l'institution et à son rayonnement national et international.

La campagne de financement que nous annoncions dans la dernière livraison bat son plein. Déjà nous savons que l'accueil est très positif. Nous remercions tous ceux et celles qui se sont manifestés. Une démarche systématique sera entreprise sous peu. Le personnel des services compétents communiquera avec les diplômés et les amis du Département, afin de les sensibiliser à l'intérêt de soutenir nos activités de formation. Nous savons qu'une aide financière complémentaire aux étudiants est une condition de réussite et de réduction du temps nécessaire à la diplomation aux cycles supérieurs. Nous vous tiendrons informés au cours de cette année et prévoyons provoquer quelques rencontres permettant échanges et célébrations.

Les professeurs se sont réunis autour d'un projet éditorial qui consiste à publier un livre destiné à un large public et devant être utilisé, notamment, dans les classes de première. Les chapitres sont conçus sous la forme de réponse à une question se rapportant à l'une des dimensions de la science politique. Rigoureux dans son contenu, le ton du livre se veut accessible afin de faciliter le transfert des connaissances. Le livre, dont le titre pourrait être Politique en question II, paraîtra à la rentrée d'automne aux Presses de l'Université de Montréal et fera l'objet d'un lancement et d'une capsule vidéo. On se donne rendez-vous.

Ces dernières semaines, le Département a proposé une candidature pour la remise d'un doctorat honoris causa par l'Université au cours de l'année 2018; celle-ci devrait être entérinée par le Conseil de faculté. Les meilleures assurances nous sont données, mais il est trop tôt pour en révéler le nom. À très bientôt à ce sujet.

Nous diffuserons une série de balados mettant en lumière les champs de compétences qui sont personnifiés par des professeurs (un court article suit).

Gérard Boismenu, responsable des diplômés


Venue des balados au Département

À l’occasion de son 60e anniversaire, le Département de science politique lance le balado « La politique en questions! » Animée par des étudiants, la série balado présente les recherches des professeur(e)s et chercheur(e)s du Département afin d’illustrer la qualité et la diversité de l’expertise existante en science politique à l’Université de Montréal.

Grâce à l’appui du Laboratoire multimédia de l’UdeM (LaM), une dizaine d'entretiens seront mis en ligne sur le site du Département tout au long de 2018. Le premier balado soulignera les recherches de la professeure Marie-Joëlle Zahar sur la résolution des conflits. Suivront les balados des professeurs Ruth Dassonneville et André Blais sur les enjeux entourant le vote obligatoire, de Laurence Bherer et Pascale Dufour sur le tournant participatif, de Dominique Caouette sur les défis de la gouvernance en Asie du Sud-Est, et bien d'autres!

Dans un avenir proche, nous envisageons aussi la réalisation d’entretiens avec des diplômés du Département ayant des parcours professionnels particulièrement inspirants.

Pour être informés de la sortie d'un nouveau balado, consultez le site du Département ou suivez-nous sur Facebook.


Thomas Mulcair se joint à nous comme professeur invité

À la fin de la présente session parlementaire, l'honorable Thomas Mulcair, C.P., prend sa retraite de la vie politique et devient professeur invité au Département de science politique de l'Université de Montréal.

« Le temps est venu pour moi de tourner la page sur 40 belles années d'engagement politique, explique M. Mulcair. Quand l'Université de Montréal m'a proposé de partager mon expérience avec ses étudiants, je n'ai pas hésité longtemps. Cette nouvelle étape de ma carrière me permettra de concilier ma passion pour les enjeux de l'environnement et pour les affaires publiques et la formation de la relève. Le faire au sein de la plus grande université francophone du monde, à Montréal, où des chercheurs de grand talent sont réunis, n'était qu'un atout supplémentaire. »

M. Mulcair enseignera principalement à la toute nouvelle maîtrise en environnement et développement durable, un programme multidisciplinaire intégrant les sciences naturelles, les sciences sociales et les sciences humaines, et à la maîtrise en affaires publiques et internationales, offerte par le Département de science politique. Il travaillera également de près avec le CÉRIUM et l'Institut de l'environnement, du développement durable et de l'économie circulaire.

Le Département est très heureux d'accueillir M. Muclair et lui souhaite chaleureusement la bienvenue!


Le financement intégré au doctorat

Depuis septembre 2012, les étudiants du programme de 3e cycle du Département bénéficient d'un financement annuel intégré de 20 000 $ pour leurs quatre premières années dans le programme. Les étudiants et étudiantes qui bénéficient d'un financement externe supérieur ou égal à 20 000 $ ne sont pas admissibles au financement intégré, de même que pour ceux et celles qui sont toujours inscrits au programme au-delà de la 4e année. Actuellement, 29 étudiants et étudiantes sur 62 bénéficient de ce soutien financier. Assorti de conditions liées aux progrès réalisés dans le cheminement doctoral, le soutien offert par le Département prend la forme d'une bourse de 10 000 $ et d'une garantie d'embauche pour des contrats de recherche et d'enseignement à hauteur de 10 000 $. 


Soirée des diplômés et remise des Prix d'excellence

Mercredi le 24 janvier 2018, à l'occasion de la Soirée des Diplômés, de nombreux prix ont été remis aux diplômés de 2017. L'événement a rassemblé plusieurs étudiants actuels, plusieurs professeurs du Département, de récents diplômés et d'autres moins récents, ainsi que des amis du Département, dont le député d'Outremont et ancien chef de l'opposition officielle Thomas Mulcair.

La solidarité intergénérationnelle est forte au Département puisque plusieurs de ces prix sont financés par des diplômés d'anciennes cohortes ainsi que par des professeurs, dont Jane Jenson.

Les lauréats 2017 et les prix dont ils sont les récipiendaires :

  • Kathleen Angers et Katrin Wittig (Prix de la meilleure thèse, ex aequo)
  • Aboubacar Maiga (Bourse d'excellence Jane-Jenson)
  • Olivier Tancrède (Prix Brigitte-Schroeder, mémoire)
  • Lisa Vallespir (Prix Brigitte-Schroeder, rapport de stage)
  • Audrey Neveu (Prix Brigitte-Schroeder, travail dirigé)
  • Laurie Chartrand (photo) et Laurence Choquette­-Loranger (Prix Wassim-El-Ezzi 2017, ex aequo)

Félicitations aux lauréat(e)s!


Deux lauréats au Concours Étudiants-chercheurs étoiles

Ce concours vise à reconnaître l'excellence de la recherche réalisée par les étudiants de niveau universitaire, les stagiaires postdoctoraux et les membres d'un ordre professionnel en formation de recherche avancée. Cela s'adresse à toutes les disciplines couvertes par les trois Fonds de recherche du Québec. 

Valérie-Anne Mahéo-Le Luel (janvier) et Filip Kostelka (février) sont lauréats du Concours Étudiants-chercheurs étoiles du FRQ. Les stagiaires postdoctoraux ont reçu le prix de 1000 $, décerné une fois par mois par le FRQSC.

Menu de navigation

Valérie-Anne a été retenue pour son article « Information Campaigns and (Under) Privileged Citizens: An Experiment on the Differential Effects of a Voting Advice Application », paru dans Political Communication. Cet article contribue à l'avancement des connaissances dans des domaines tels que la communication, la psychologie sociale et le comportement politique. Il traite de l'impact des campagnes d'information et des nouvelles technologies sur la participation démocratique. Les résultats de la recherche de Valérie-Anne Mahéo-Le Luel ont été présentés à Élections Canada et au Directeur général des élections du Québec. 

Menu de navigation

Filip Kostelka a été retenu pour l'article « Does Democratic Consolidation Lead to a Decline in Voter Turnout? Global Evidence Since 1939 », publié dans American Political Science Review. L'article permet de mieux comprendre la participation électorale qui est au cœur du fonctionnement des régimes démocratiques. Il remet en cause l'idée selon laquelle la consolidation démocratique, le processus par lequel un régime démocratique se pérennise et devient accepté dans la société, mène à un déclin de la participation électorale.


De nombreux prix et distinctions pour les doctorants


Juliette Elchinger : portrait de stagiaire

À la fin de sa deuxième année de baccalauréat en science politique, Juliette Elchinger a réalisé un stage au mois de juin au Cabinet du Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine sur le site de Limoges, en France. Ce stage était supervisé par le directeur de cabinet adjoint et il lui a permis de développer de nombreuses compétences professionnelles.

Lors de son stage, Juliette a dû se montrer polyvalente pour prendre en charge de nombreuses tâches telles que la rédaction de discours, d'éditoriaux, des notes politiques, de notes d'actualité, et du portrait de nouveaux députés élus. Elle a également été invitée par son superviseur à commenter le rapport d'activité, à analyser les résultats des élections et à suivre la venue de la Commission européenne à Limoges. Enfin, Juliette a mené des projets d'analyse de discours, a aidé à la rédaction de communiqués de presse et a participé à plusieurs réunions exécutives, à titre de collaboratrice du cabinet plutôt que comme une stagiaire.

Le stage a été l'occasion de faire connaissance avec des personnalités politiques de la région. Par son professionnalisme, Juliette a su faire montre de ses compétences et de sa capacité à s'intégrer rapidement dans une institution étatique régionale. Forte de cette expérience professionnelle, Juliette mesure les avantages des études en science politique, « une formation qui ouvre à la polyvalence ». Juliette affirme que son stage lui a permis de constituer un solide réseau professionnel, lequel pourrait être un atout décisif lors d'une recherche d'emploi ultérieure. Elle considère faire carrière dans le domaine de la diplomatie.



Anciennes infolettres